ABTA : Association Bogso terre d'Avenir

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Envoyer Imprimer PDF

Voici la biographie des trois jeunes artistes camerounais du groupe Négro Beat et dont l'album Saï Mbock sera bientôt en vente sur internet et au Cameroun où ils achèvent le tournage de leurs clips.

 

 Bapoungue Martin Roger dit SUPREME ou CYCLONE X, 24 ans

 

 1996 marque son entrée dans le monde de la musique par des interprétations et surtout une formation en batterie  et chant qui le conduit tour à tour à Yaoundé (orchestre de la CNPS) à Douala  auprès de Kono Teles puis à ESEKA son village natal.

Deux participations au concours de la chanson MUTZIG, un passage au festival de rap AFRICA  N° 1 au Gabon puis un autre à Dakar  et de nombreux concerts meublent son jeune parcours d’artiste très ambitieux.

Il chante l’amour, la tolérance, la vie et la pitié que lui inspire le CHRIST JESUS.

Et à toute la jeunesse il conseil la prudence, l’obéissance, la persévérance pour la réussite, car le triomphe de la rue est cruel et sans avenir.

 

 

 

 

Ntomp David Jules dit Négro, 24 ans

 

Après  l’obtention de son brevet  d’étude il accorde du temps à sa passion : la musique.

Il  forme un petit groupe d’animation qui est très vite sollicité.

Il sera choqué par les dures réalités du milieu artistique : un groupe bien connu se propose de les manager mais s’empare plutôt de leurs chansons.

Ses débuts sont véritablement marqués par les rencontres avec son frère WALASS au sein du groupe LES  5 PROPHETES et plus tard avec CYCLONE X  dont la qualité de chant apporte beaucoup pour la consolidation et l’avenir du groupe.

DONY ELWOOD reste pour lui une référence  dans un style africain.

 

 

 

 

 

 

 Batoum de Baha Jean Jacques dit WALASS ou Wallace, 25 ans

 

De famille modeste il se découvre  par la danse et à 10 ans est désigné meilleur danseur du département du NYONG Et KELLE.

A 14 ans enthousiasmé par le rap il s’y lance avec son copain NDEBI pour une aventure qui durera trois ans avant malheureusement d'être brisée par le décès  de ce dernier parti pour le nord. Affaibli et déstabilisé il décide de continuer le combat en hommage à son ami et sur les traces de WES MADIKO  il s’engage à promouvoir sa langue maternelle à travers ses compositions.

Une participation au concours de la meilleure chanson mutzig et au concept dream marquent véritablement son engagement pour la musique.

La vie, l’amour l’espoir l’inspirent tout comme la nature et à la jeunesse il recommande le travail pour la réussite et le respect de la culture et des coutumes d’Afrique.

 

 

 

 

 

 

NEGRO BEAT : rencontre et historique

A l'origine il y a la rencontre à ESEKA de plusieurs jeunes dont l’idée est de mettre sur pied en 1994 un groupe musical du département du Nyong et Kelle  sous la désignation de :          LES 5 PROPHETES.  

 

WALASS, CYCLONE, DESCHAMPS, TOMY, et NEGRO voient leur rêve se matérialiser  avec la réalisation d’une maquette quelques mois plus tard  à Douala en studio chez REBENSON.

 

Mais face aux difficultés financières, le groupe se disloque et après quelques départs ils ne sont plus que trois  WALASS, CYCLONE, et NEGRO qui forment désormais le NEGRO BEAT dont la force repose sur le chant et le rap en langue bassa’a  dans un mélange de lihongo, makouné, mayée, et autres, tirés de la culture locale.

  

 

 

De nombreuses sollicitations leurs permettent de se révéler au public et, c’est véritablement lors de l’intronisation de SA MAJESTE JEAN FELIX NTOMP à la chefferie du village BOGSO en 2007 qu’ils se découvrent auprès de Jean Bikoko Aladin, du Ki-Yi MBOCK d’Abidjan, de Negro Fusion.

 

 Cette prestation remarquable leur permet de participer au FIBE (festival international Bogso Eséka)au coté de Belka Tobis, Ntoumba Minka, Jacky Biho, Meiway, Aladin Bikoko, Bebe DJ en 2009.

 

 

 

Plusieurs rencontres ont tracé et marqué l’histoire de ce jeune groupe. Comme on le dit si bien à chaque rencontre une découverte. La maturité du groupe est due à l’ouverture d’esprit de ses membres qui ont su tirer profit de leurs aînés : la vie reste et demeure une école. Ainsi ont-ils rencontré Toupi et Decoté  du groupe Negro Fusion, L’Abbé Pouhé, Belka Tobis, Remy Ngue, sa Majesté Jean Félix Ntomp, Were Were Liking, Jean Bikoko Aladin, et Ruben Binam du studio (aliser et corné) qui par une simple phrase a su les transformer : j’aime travailler avec les jeunes de l’ombre pour les sortir aux yeux du monde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Album de 10 titres, Saï  Mbock 

 

 

Le mot Saï a une grande valeur dans la culture bassa , valeur qui se traduit par une harmonie des peuples bantou à vivre en communauté basée sur les signes du respect , du travail, des lois et devoirs pour tous. Saï Mbock c’est la paix du peuple, le cri du patriarche à son peuple.

 

C’est dans ses valeurs culturelles que le Négro Beat a puisé son inspiration pour prôner à travers le monde la justice pour tous, la paix, le travail, l’amour, la persévérance et même la douleur des peuples d’Afrique.

 

Entre chant, slam, et rap en bassa  l’album Saï Mbock est un voyage de découverte dans les profondeurs de l’Afrique, un sage mélange de style, un équilibre entre la tradition et la civilisation moderne. Un album d’écoute  par lequel Wallas, Cyclone et Négro présentent une Afrique qui gagne par ses fils. On y trouve du reaggae, de la soul, du makouné et bien d’autres styles musicaux.

 

 

Les Quizz de ABTA




GALERIE

jourass9.jpg